Les ventes aux enchères de Alliance-Enchères

  Catégories

Envoyer à un ami


Vous souhaitez envoyer par email la description du lot 12. de la vente du Dimanche 09 mai 2010 à 14h15
Intitulé de la vente : SUCCESSION FRANCOIS BIGOT .

12.
Lot 12.

Jacques Louis DAVID (1748-1825) Pâris et Hélène Plume et encre noire sur traits de crayon noir, lavis gris. 21 x 26,5 Annoté de la main de David sur le candélabre « Amores Hel/nis Paridis ». Annoté sur le montage « David avril 82 ». Dessiné directement sur un montage préparé au lavis vert et filet doré. Notre dessin est à mettre en relation avec la fameuse composition de David « Les amours de Pâris et Hélène » (conservée au musée du Louvre) pour laquelle on connaît plusieurs dessins préparatoires et une esquisse peinte. Deux dessins de composition au lavis sont conservés l’un dans une collection particulière suisse (cf. MM. Rosenberg & Prat, JL. David, Catalogue raisonné des dessins, n°87, p.101 ill.) et l’autre au Getty Museum (cf. MM. Rosenberg & Prat, JL. David, Catalogue raisonné des dessins, n°88, p.102 ill.). Le dessin du Getty est le plus proche de la composition finale. Notre dessin semble précéder l’autre version. L’esquisse à l’huile est dans une collection privée américaine. Nous pouvons penser que la présente version ainsi que celle conservée en Suisse ont été exécutées dans un premier temps. Elles sont toutes les deux assez proches l’une de l’autre et présentent de nombreuses variantes avec le tableau final. MM. Rosenberg et Prat dans leur ouvrage datent le dessin de l’ancienne collection Dubufe vers 1785-86, soit deux années avant la livraison du tableau au Comte d’Artois, suggérant qu’il pourrait s’agir de dessins de présentation. Pour notre dessin, David a dessiné sa composition directement sur un montage préparé, ce qui va dans le sens de cette supposition. L’annotation sur le montage « David 1782 » doit être interprétée prudemment quant à la datation du dessin. La réapparition de ce dessin permet de reconstituer les changements successifs apportés par David à cette composition. On observe un repentir quand à la position de la lance accrochée au mur. David l’avait d’abord placé au-dessus du linteau de la porte vers la gauche, avant de la recentrer au-dessus du couple amoureux fermant ainsi la composition interne. On note plusieurs variantes : le motif en bas-relief sur le lit représente une femme nue au lieu d’un griffon, les pieds du lit et du tabouret sont différents, le lit n’est plus coupé mais quasiment en entier et le candélabre repositionné. On notera l’utilisation très fine du lavis en dégradé de ton sur le dossier du lit, qui montre la maitrise de la lumière de David. Tous ces éléments nous incitent à penser que notre feuille a été réalisée antérieurement au dessin suisse.


Merci de préciser votre identité, l'adresse du destinataire et de saisir votre message d'accompagnement ci-dessous :

Le mail comtiendra automatiquement un descriptif complet du lot et un lien vers sa page de présentation.


Votre nom



Prénom



Votre adresse email



Adresse email du destinataire

Personnalisez votre message d'accompagnement


Je souhaite recevoir une copie du message envoyé